Nous avons posé quelques questions à Nangalé, 23 ans et chef d’entreprise !

Qui es-tu ?

Alors j’ai 23 ans je fais un bac + 4 en gestion de projet digital. Je suis d’origine malienne, j’ai fais toutes mes études et mes expériences professionnelles dans la communication mais aussi la mode (j’ai travaillé deux ans chez Zara en tant que responsable merchandising) et mes passions du coup c’est la mode et la communication + relations publiques.

 

Peux tu nous parler de ton entreprise ?

L’entreprise s’appelle Famprivee. Je ne suis pas seule pour la création de l’entreprise, nous sommes en fait trois. Moi j’ai 23 ans, une des mes associées a 30 ans et l’autre a 25 ans. Nous avons créé un site de vente privée événementiel, la particularité c’est qu’on propose des produits uniques et qui viennent du monde entier. Du coup par rapport à Showroom ou Vente-privée, on fait plutôt des ventes privées de créateurs qui s’inspirent du monde entier, bien que ce soit des entreprises françaises. Il y a une autre particularité, c’est le fait qu’on mette des produits en ligne qui soient adaptés à toutes les femmes, qu’elles soient voilées ou qu’elles portent des vêtements de grande taille… on s’adapte à toutes les femmes et on propose des produits qui viennent du monde entier comme par exemple en ce moment des sacs qui sont fabriqués en Inde, uniquement des modèles uniques… Nous avons créé l’entreprise en juillet mais ça fait un an qu’on est sur le projet et le site est en ligne depuis le 9 octobre !

Tu as toujours voulu créer une entreprise ?

Oui j’ai toujours voulu entreprendre ! Ce qui m’a poussé à me lancer c’est quand j’organisais des événements dans le cadre de ma licence en communication d’entreprise. J’ai organisé un événement pour une association et j’ai dû créer l’événement de A à Z, ainsi que toute la stratégie de communication de l’association en développant leur logo, jusqu’au déploiement sur les réseaux sociaux et le site internet. C’est ce qui m’a donné envie d’entreprendre et de monter mon entreprise.

 

Comment as-tu eu l’idée du concept de Famprivee ?

À l’origine, toutes les trois avec mes deux associées Bidia et Myriam, on avait une marque qui s’appelait “Femme africaine mode” et qui était plutôt une marque qui utilisait des tissus africains mais inspirée de la mode occidentale, comme beaucoup de créateurs font actuellement. On s’est dit justement qu’il y avait beaucoup de créateurs sur cette tendance là et nous on voulait changer et se concentrer justement sur tous ces créateurs et les rassembler sur une seule et unique plateforme. Si on s’est tournées vers les ventes privées c’est parce que pour le moment il n’y a aucun site de ce genre qui propose des ventes privées de créateurs, peu importe leur provenance (Asie, Afrique, Amérique, Europe…). De plus les gens recherchent des produits de créateurs mais à des prix moins élevés ! Les vêtements de créateurs sont habituellement plutôt cher car c’est du fait-main. En résumé l’idée partait du fait que l’on voulait rassembler tous ces créateurs sur le site et de faire des ventes privées afin de proposer les produits à des prix plus attractifs. On contente tout le monde et on permet aussi aux femmes de trouver tout ce qui leur faut sur un seul et unique site. Je parle des vêtements mais on va bientôt proposer aussi des ventes privées de produits de beauté, d’ailleurs en ce moment on a la marque Bold Make Up qui est surtout pour les peaux mattes noires et métissées, mais pas que ! Fameprivee est vraiment pour toutes les femmes.

As-tu des “modèles”, comme des femmes entrepreneuses ou simplement des femmes qui t’inspirent ?

Des femmes qui m’inspirent oui je dirais Oprah, Lupita aussi et je pourrais en citer encore beaucoup mais bon je m’arrêterais sur elles.

 

Quelles sont les difficultés majeures auxquelles tu as fait face lors de la création de l’entreprise ?

Une des premières difficultés ça a été d’ouvrir un compte en banque ! Beaucoup de banques nous ont refusé l’ouverture d’un compte pour des raisons diverses et il y a aussi eu la difficulté de trouver une personne fiable pour faire notre site du coup on l’a fait par nous mêmes… et maintenant on se bat pour trouver des financements.

 

Tu as ressenti le fait qu’être une femme te met davantage de bâtons dans les roues ?

Non par forcément le fait d’être une femme mais plutôt le fait d’être trois JEUNES femmes. Surtout au niveau des banques le fait d’être jeunes était parfois un problème. Par contre du fait de nos statuts de femmes on peut parfois avoir des remarques indécentes “c’est pas fait pour vous, vous devriez chercher du travail”… et j’en passe.

 

Aujourd’hui vivez vous grâce à votre entreprise ?

Non pas encore.

 

Dans ton cas par exemple certains médias pourrait parler de toi comme “une jeune femme noire musulmane et voilée à la tete d’une entreprise” et pas tout simplement “une jeune femme à la tete d’une entreprise”. Certaines personnes sur les réseaux prennent mal ce genre de précision car c’est ressenti comme si c’était qlq chose hors du commun alors que c’est tout à fait normal. Quel est ton avis la dessus ?

En effet je pense que si un média faisait un article sur mon entreprise et moi, ce serait mieux qu’il titre “Une jeune femme à la tête d’une entreprise” parce que autrement il confirmerait que c’est des difficultés en plus d’être noire, musulmane voilée pour créer une entreprise. Si ce n’est pas précisé je pense que c’est mieux car cela deviendrait une “normalité”, même si bien sur cela est tout à fait normal, je connais moi même beaucoup de femmes voilées, noires, et femmes d’entreprises. Les médias n’ont pas à le préciser parce que justement ils vont confirmer la difficulté que c’est. Même si nous on en a conscience, les médias n’ont pas d’intérêts à mettre la difficulté en avant, au contraire il faut rendre cela banal pour qu’on puisse voir plus de femmes dans un premiers temps mais particulièrement des femmes et hommes noirs chefs d’entreprises, des femmes musulmanes, voilées… car généralement lorsqu’on nous voit dans les médias c’est pour des raison plutôt négatives. Du coup si on pouvait nous voir d’une manière positive dans les médias sans pour autant pointer du doigt la “différence”, ce serait bien.

Aurais tu un conseil à donner aux femmes qui veulent entreprendre ?

Oui je leur dirais de croire en elle et en leurs projets ! Et de puiser dans les commentaires négatifs des gens la force qui leur permettra de se surpasser et de se prouver à elles mêmes qu’elles peuvent se surpasser et faire tout ce qu’elles veulent

 

Quelque chose à rajouter ?

Je rajouterais juste qu’entreprendre n’est simple pour personne, c’est un mode de vie à adopter il faut vraiment le vouloir. Cependant, toutes les personnes qui souhaitent le faire ne doivent pas hésiter, il faut se lancer, parce que c’est vraiment une expérience qui permet de savoir jusqu’où on est capable d’aller, qu’est ce qu’on est capable d’accomplir et on en apprend énormément : bien plus que tout ce qu’on apprend à l’école ou en étant salarié.

Leave a comment

Your email address will not be published.

24 Shares
Share24
Tweet
Pin
+1