PORTRAIT : Ahmed Dramé, l’espoir du cinéma français

À seulement 23 ans Ahmed Dramé a déjà joué dans trois films, dont un qu’il a co-écrit avec la réalisatrice Marie-Castille Mention-Schaar : Les Héritiers, inspiré de sa propre expérience. En 2015 il a été nominé aux Césars dans la catégorie Meilleur espoir masculin. Le Nouvel Obs le classe parmi les futures stars du cinéma français. Selon nous, il incarne la nouvelle génération. Nous avons eu l’occasion de lui poser quelques questions.
 



B : Comme tu l’as annoncé sur Instagram il y a quelques semaines, tu as fini le tournage de la saison 2 de la série “Les grands” diffusée sur OCS. Quel sera ton rôle dans la série ?

A.D. : Mon rôle dans la série sera celui de Fayed un jeune sportif qui aura une histoire d’amour naissante avec l’un des personnages féminins clés de la série
 

B : Dans une interview au site Premiere.fr en décembre 2014 tu parlais d’un nouveau projet de film dont le sujet principal serait une histoire d’amour, qu’en est-il aujourd’hui ?

A.D. : Mon prochain projet est encore en cours d’écriture, je travaille toujours avec la même productrice avec laquelle nous avons monté le film “Les héritiers”. Il n’y a pas encore de date de tournage de prévu pour l’instant nous sommes concentrés sur l’envie de donner le meilleur scénario possible pour nous et les spectateurs
 

B : En envoyant à 19 ans le scénario du film “Les Héritiers” à la réalisatrice Marie-Castille Mention-Schaar tu as pris ton destin en main et as fait de tes rêves une réalité. Quel(s) conseil(s) aurais tu à donner aux jeunes qui ont des projets mais qui estiment ne pas être capable de les réaliser ? 

A.D. : Will Smith disait “La grandeur existe en chacun de nous, la grandeur n’est pas quelque chose paranormal où spécial, ce n’est pas non plus quelque chose de divin que seul certains élus ont. C’est quelque chose qui existe profondément en chacun de nous. C’est plutôt simple, voilà ce que je crois et je suis prêt à mourir pour cette idée, je sais qui je suis, je sais ce que je crois et je n’ai besoin de rien d’autre. Et à partir de là tu sais ce que tu a à faire. Je pense qu’on se rend la vie plus difficile qu’elle ne l’est. On cherche sans cesse la complexité pour comprendre, on se dit que ça ne peut pas être aussi simple” Pour résumer
 

B : On a souvent dû te parler de la scène dans Les Héritiers où tu imites Denzel Washington dans le film American Gangster, d’ailleurs j’ai adoré ! Quel acteur et/ou quel réalisateur t’inspire(nt) au quotidien ? 

A.D. : Cette fameuse scène a même fait rire le président de la république lors d’une projection privé du film à l’Élysée. C’est aussi l’une de mes scènes favorites. Denzel Washington est l’un des acteurs qui m’inspirent le plus, ses choix de carrière, le sens et la morale des films dans lesquels il choisit de jouer sont très intéressants. J’ai toujours été passionné par des personnalités, qu’elles soient publiques ou non et qui ont ce pouvoir d’inspirer positivement les gens autours d’eux. Xavier Dolan, Hans Zimmer, J Cole, Nelson Mandela et d’autres sont le type de personnes qui m’inspirent.
 

B : Un film t’a t-il plus particulièrement marqué ?

A.D. : Hurricane Carter de Norman Jewison avec Denzel Washington, j’ai vu ce film à mes 8 ans quelques années après sa sortie, et j’ai réellement été touché par l’histoire et le projet, c’était la première fois qu’un film me touchait autant à cet âge. Il y en a eu d’autres ensuite, mais celui ci est plus important.
 
B : Continues-tu tes études malgré ce début de carrière prometteur ? Ou vis-tu deja de la profession ?
A.D. : Je me suis consacré pleinement à ma profession après avoir obtenu mon Baccalauréat, nous vivons d’un métier qui demande énormément de temps et de disponibilité. Il faut vraiment se concentrer pour atteindre le niveau de succès désiré. C’est difficile si tu t’éparpilles et fais pleins de choses en même temps. Réussir nécessite à être prêt à tout, avoir une obsession ardente et permanente envers ce que tu veux. Il faut y dépenser toutes tes pensées, y dédier tout ton coeur et toute ta créativité. 

 

B : Parlons musique. Quel genre de musique écoutes tu ? Un artiste ou un son à nous faire découvrir ?

A.D. : Je suis un grand fan de Drake et du crew OVO, Majid Jordan, PND, Roy Woods. J’écoute pas mal de musique de film quand je suis à la maison aussi, Hans Zimmer et Ludovico Einaudi (qui a composé pour les héritiers). J’écoute du rap conscient, Kery James et J Cole m’inspirent beaucoup. Take care de Drake & Dark Fantasy de Kanye West sont deux de mes albums préférés. En ce moment j’écoute Hamza un jeune rappeur bruxellois qui est aussi un ami, je crois beaucoup en lui, il a un flow et une créativité propre à lui et qui se rapproche de mes influences. Son son whine et son dernier projet Santa sauce tournent beaucoup sur mon téléphone en ce moment.


Leave a comment

Your email address will not be published.

0 Shares
Share
Tweet
Pin
+1