PORTRAIT : Heazzy « Je ne me considère pas vraiment comme un rappeur »

Vous avez surement dû remarquer depuis quelques mois que l’on assiste à l’essor d’une nouvelle vague d’artistes français, et plus particulièrement dans le rap. Certains ont déjà percé mais d’autres sont encore trop dans l’ombres à mon goût. Heazzy en fait parti. Je lui ai alors posé quelques questions afin que vous en sachiez un peu plus sur cet artiste émergent du rap français.


– Qui est Heazzy ? Heazzy je dirais que c’est une œuvre. Une œuvre qui n’est pas figée, qui est la constante évolution de pensées et d’humeurs d’un gars qui, à 21 ans aujourd’hui, analyse les sentiments, la société, les gens qui l’entourent et l’exprime à travers sa musique. De ce fait, je peux poser des sons à un instant T, kicker comme dans solo, ou faire des sons plus introspectifs comme condamné en fonction de mes envies sans me prendre la tête.

– D’où t’es venu l’inspi ? L’inspiration? Pour le nom tu veux dire ou l’inspi pour la musique en général? Pour le nom je cherchais quelque chose de simple, accessible à tous, mais qui exprime qui je suis. J’ai pris le H de Hamza et Heazzy sonnait bien. Sinon sur la musique comme je l’ai dit j’écris vraiment en fonction de mes humeurs, quand j’ai des trucs à dire, ou à faire passer. Quand je vois un sujet qui m’intéresse peu importe le thème si j’ai envie d’en parler ou de l’analyser je le fais.

– Quel bilan peux-tu nous livrer presque trois mois après la sortie de ton premier EP « Hiver » ? Hum, c’est la première pierre à l’édifice, mais genre vraiment qu’une pierre. Je suis plutôt confiant pour la suite, j’ai vraiment plein de choses en tête, je suis impatient, peut être trop même trop haha. Je travaille avec peu de personnes mais les bonnes personnes aujourd’hui. Hiver est un projet dans lequel je me suis investi de manière à ce que, lorsque ma notoriété grandira, je l’espère, et que les auditeurs reviendront sur mes débuts, je puisse être fier de le présenter.

– Que penses-tu apporter de plus au rap fr ? Déjà il faut savoir que je ne me considère pas comme le seul artiste à apporter de nouvelles choses, il y en d’autres comme Luidji, Nadjee, King Dirts, Aaron… La France c’est vraiment le futur et Paris c’est le prochain Toronto. J’écoute pas mal ce qui se fait et je pense apporter de l’authenticité c’est à dire que je ne mets aucune barrière à mon art. Je me trouve même parfois ‘trop’ ouvert dans ma musique. J’hésite pas à employer des mots forts que d’autres n’utiliseraient pas comme par exemple dans “MDMA” ou “Désolé”, à utiliser des flows très mélodieux et rebondir sur un passage cru (comme “2seul”) et plus rappé parce que je pense que les mélodies permettent de transmettre des émotions. J’essaye un peu de m’écarter de certains thèmes abordés comme le rap “bling- bling” parce que je trouve ça trop facile et surtout parce que je roule souvent en trottinette haha.

– Tu te sens dans la lignée des rappeurs fr ou plutôt à part ? J’ai rien contre les rappeurs français mais je me considère pas vraiment comme un rappeur. Je me sens dans la lignée des artistes français qui veulent faire changer les choses et font évoluer la musique en France. Que ce soit dans le rap, rnb ou pop. Je pense qu’il faut changer certains codes, et c’est ce que j’essaye de faire avec mes projets.

– Top des rappeurs du moment pour toi? Drake parce que c’est un artiste qui est en constante évolution et qui m’inspire dans la façon d’aborder ses thèmes. Guizmo parce que je trouve qu’il respire vraiment le rap et c’est un des rares qui me fait ressentir quelque chose à chaque son. Et Booba parce qu’au delà du fait que c’est un précurseur, il à su s’imposer à toutes les époques.

Twitter et Instagram : @heaz_zy
Facebook : Heazzy
Itunes : Heazzy

19 thoughts on “PORTRAIT : Heazzy « Je ne me considère pas vraiment comme un rappeur »”

Leave a comment

Your email address will not be published.

0 Shares
Share
Tweet
Pin
+1